Le Conseil de développement inspiré par les initiatives des acteurs du numérique

Le Conseil de développement inspiré par les initiatives des acteurs du numérique


Bénie, Mamadou, Matthias, Caroline, Lydia, Nawal, William vont pouvoir poursuivre leurs études et faire leur rentrée dans de bonnes conditions.

... comme 400 autres étudiants empêchés numériques, accompagnés par l'Université de Lille et Emmaüs Connect dans le cadre d'une grande distribution de "packs numériques".

Dans les packs : des ordinateurs de 2ème main donnés par ADEO Services, Decathlon France, reconditionnés via LaCollecte.tech par des chantiers d'insertion + des casques EPOS, des disques durs et des pochettes Boulanger pour travailler en présentiel ou distanciel.

Merci à celles et ceux qui se sont impliqués dans ce formidable projet qui démontre la dynamique de solidarité numérique et sociale qui prend de l'ampleur depuis le début de la crise Covid

la Ville de Lille, la Région Hauts-de-France, la Métropole Européenne de Lille (MEL) mais aussi le Bazaar St-So, EcoLogic, SFR, ADEME, Ateliers Sans Frontières du Groupe Ares (Association pour la Réinsertion Economique et Sociale), Les Ateliers du Bocage et Trira ont contribué à la réussite de cette initiative.
De son côté le conseil de développement a commencé à réfléchir sur la façon de booster toutes ces initiatives à la suite d'une saisine sur la stratégie numérique de la MEL pilotée par Akim Oural Conseiller délégué en charge du numérique.
Un groupe de travail se réunit depuis juin ,en septembre, octobre et novembre, il visitera plusieurs équipements et entreprises dédiés aux nouvelles technologies et auditionnera plusieurs acteurs engagés dans cette transition vers le numérique et l'intelligence artificielle avant de remettre au élus de la MEL des propositions citoyennes pour enrichir cette stratégie.
Dans ce cadre le groupe a déjà reçu Emmaüs Connect le 2 septembre: une réunion qui a permis de découvrir la réalité de la fracture numérique sur notre territoire ainsi que les initiatives pour y remédier notamment lors de ces derniers mois en raison de la crise sanitaire.

Les échos du conseil