Rénovation urbaine : quatorze projets lancés

Rénovation urbaine : quatorze projets lancés


La MEL a acté la seconde phase de son programme de renouvellement urbain. Au total, plus de 2 milliards d’euros seront consacrés à la rénovation de 14 sites métropolitains en Politique de la Ville.

La signature officielle de la deuxième phase de la convention de renouvellement urbain de la Métropole a eu lieu le 30 novembre, en présence de Damien Castelain, Président de la MEL, de Nadia Haï, Ministre déléguée de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargée de la Ville, d’Olivier Klein, Président de l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) et de Georges-François Leclerc, Préfet de la région Hauts-de-France, Préfet du Nord.
En décembre 2019, la MEL avait acté une première phase de son programme de renouvellement urbain. Le conseil du 18 décembre 2020 a entériné la seconde, qui porte sur 5 quartiers à Lille et Roubaix. Depuis 2017, près de 850 familles ont déjà été relogées dans le cadre d’opérations du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Comme son nom l’indique, ce « nouveau » programme fait suite au PRU 1, qui a permis la refonte de 8 quartiers métropolitains depuis 2004. Il s’agit de transformer ce que l’on appelle « les quartiers » dans le cadre de la Politique de la Ville.

La MEL est depuis 2015 pilote du « contrat de ville », un projet qui vise l’amélioration de la qualité de vie des habitants des quartiers les plus en difficulté de la Métropole. Ce contrat de ville, signé entre l’État, les collectivités locales, les bailleurs sociaux, le département, la région, les partenaires économiques et les associations, fixe les ambitions et moyens engagés pour réduire les inégalités. La MEL mobilise ses propres compétences, comme l’habitat, l’aménagement, la mobilité, le développement économique. Et, en parallèle, elle mobilise et cherche à renforcer l’action des acteurs locaux dans différents champs d’action : l’insertion, l’emploi, la politique éducative, l’accès aux soins, la sécurité et la prévention de la délinquance, le cadre de vie, l’accès au sport et à la culture ou encore la lutte contre les discriminations et l’illettrisme.
Le NPRU représente un volet très important de ce contrat de ville. Lors du conseil métropolitain du 18 décembre 2020, la MEL a approuvé la seconde phase d’une convention métropolitaine de renouvellement urbain. Cet accord concerne six nouveaux projets : à Lille, le programme « Quartiers anciens » et le projet de la Pointe des Bois Blancs et, à Roubaix, les quartiers de l’Alma, de l’Épeule, des Trois ponts et du Pile. Le NPNRU prévoit un effort sans précédent de transformation en agissant sur les logements, les équipements publics, les aménagements urbains (espaces publics, espaces verts), l’économie, les services et commerces. Au total, plus de 2 milliards d’euros seront consacrés à la rénovation de ces quartiers. Le financement est assuré principalement par les bailleurs sociaux, l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU), les villes, la région Hauts-de-France et la MEL, qui participe à hauteur de 348 M€, soit 18 % du financement. Près de 6 000 familles seront relogées à l’horizon 2029, soit une moyenne de 450 par an.. Au total, plus de 2 milliards d’euros seront consacrés à la rénovation de 14 sites métropolitains en Politique de la Ville.

Evènements