Richard Kwiatek: Il faut penser au monde d’après...

Richard Kwiatek: Il faut penser au monde d’après...


Richard Kwiatek a rejoint le Conseil de développement de la MEL à l’automne 2018, pour mettre ses compétences et son parcours international au service d’un intérêt collectif. Il a intégré le groupe « Des emplois pour aujourd’hui et demain dans la MEL ».

 

En bouleversant nos pratiques et nos organisations, la crise sanitaire du Covid-19, va profondément changer notre rapport au travail, à l’école et même nos rapports sociaux.

Elle a accélérée la bascule digitale vers le télétravail à grande échelle. La digitalisation n’est plus simplement un horizon à apprivoiser, une tendance d’avenir, elle est devenue soudainement un facteur de résilience. Pour ceux qui doutaient encore des vertus et de l’immensité des possibilités offertes par le numérique, cette crise aura été un moment de prise de conscience. Un aspect positif dans l’obsédant flot d’informations autour du virus : les réseaux ont tenu et ont réussi à absorber une forte augmentation du trafic de data, permettant à des secteurs entiers de poursuivre leurs activités, même sur un mode dégradé.

Mais c’est aussi un défi pour nous, car il va falloir revoir nos priorités régionales. Il devient urgent de redoubler nos investissements dans les infrastructures numériques pour créer les conditions d’éclosion et de développement d’un écosystème de start-ups digitales qui seront avides de croissance en dépit d’une situation économique à venir que nous pressentons tous « difficile ».

Le défi est encore plus grand en termes de formation, car il faudra assurer l’inclusion numérique, pour permettre aux jeunes générations, « digital natives », de tirer le meilleur parti des nouvelles technologies….et de tirer l’économie tout court. Dans ce monde qui se cherche, innovation et formation devraient nous servir de fils d’Ariane.

Parole à