Non le textile n'est pas mort dans la Métropole de Lille !

Non le textile n'est pas mort dans la Métropole de Lille !


On est encore loin d'une renaissance de l'industrie textile du Nord mais ce secteur en déclin depuis des décennies frétille de nouveau. L'association roubaisienne Fashion Green Hub qui prototype des mini-séries et des collections capsules depuis 2015 avec des enseignes et des créateurs vient d'annoncer la création d'un premier atelier à Roubaix d'ici à la fin de l'année. Le projet est porté par deux distributeurs nordistes, Blancheporte et ID Group (marques Okaïdi, Obaïbi et Oxybul), et deux industriels, Tissage de Charlieu (Loire-et-Cher) et la bonneterie Lemahieu. Objectif : produire à la demande en circuit court partout en France.

Eric Mézin, délégué général de l'Union des industries textiles (UITH) du Nord confirme cette tendance au made in France. « Il n'y a pas encore de données macroéconomiques chiffrées mais on voit se multiplier les projets avec des créations d'emplois à la clé », à la faveur du plan de relance, explique-t-il. Avec 14.000 emplois dans 400 entreprises, la deuxième région textile de France après l'Auvergne-Rhône-Alpes, ne retrouvera toutefois jamais les 200.000 salariés que totalisait la filière dans le Nord et le Pas-de-Calais, mais c'est un début.

Mouton français
Ainsi les peignages Dumortier à Tourcoing viennent de lancer un programme de 3,6 millions d'euros d'investissement pour remonter un atelier de préparation d'étoupe de lin (600 tonnes par an). Il pourrait se doubler à terme d'un deuxième dédié à la laine, dans le cadre de Tricolor, projet d'envergure nationale qui a pour but de passer de 4 à 20 % le taux de transformation de la laine de mouton français dont 15.000 tonnes sont produites en France.

Evènements