Philippe Dutrieu : J’espère juste que chacun pourra en sortir changé

Philippe Dutrieu : J’espère juste que chacun pourra en sortir changé


Philippe Dutrieu est membre du Conseil de développement depuis 2014, il a participé activement à de nombreux ateliers et groupes de travail notamment sur la mobilité, il est membre du bureau du Conseil de développement et participe également aux travaux du Forum de l'Eurométropole.

Je suis le Directeur de l’association l’Automobile Club du Nord, dont l’activité est centrée sur le contrôle technique, les stages de récupération de points, la sensibilisation et la formation à la sécurité routière.

Cette période de confinement m’amène des réflexions et pensées contradictoires, et le mot qui revient le plus souvent est « paradoxe »

Je suis bien sûr très inquiet pour notre association avec la perte au minimum de 2 mois de chiffre d’affaires, ainsi que pour tous les artisans, autoentrepreneurs, TPE, et PME, dont beaucoup ne vont pas se relever de cette crise. Que vont-ils devenir ?

Abattu par le nombre de morts, de malades, dont on peut craindre qu'ils vont continuer à s’accumuler dans les semaines et les mois qui arrivent.

Mais, à titre personnel, très égoïstement, j’apprécie cette période de confinement. Je suis chez moi, à la campagne, avec un rythme de vie complètement différent qui me convient parfaitement. Même confiné, je redécouvre la nature, le calme, le silence. Je n’ai plus à subir les embouteillages quotidiens, le stress, et je peux travailler, communiquer à distance sans aucun souci, plus détendu, finalement plus vivant, et c’est un paradoxe dans cette période où la mort est omniprésente. Toujours paradoxalement, j’ai plus d’échanges avec ma famille ou les amis alors que je ne peux pas les voir physiquement. Alors oui, c’est un moment très difficile pour tous, mais il permet aussi de se recentrer sur l’essentiel, d’être plus à l’écoute des autres, de la nature qui nous entoure, plus solidaire. J’espère juste que chacun pourra en sortir changé, et beaucoup plus riche finalement qu’avant le 17 mars 2020.

Parole à